Carcinose péritonéale ou cancer du péritoine

Témoignage d’une guérison

J’affirme… il est possible de guérir d’une carcinose péritonéale…

Atteinte d’une carcinose péritonéale (ou cancer du péritoine) dans les années 2000, aujourd’hui, en 2022, je suis complètement guérie.
Il est possible d’être soigné grâce au programme CHIP (chimio-hyperthermie intra-péritonéale).
Merci l’International, et notamment Merci la France et la Suisse, pour être à même de traiter la carcinose péritonéale et sauver certaines vies.

Je vous invite à me suivre sur Facebook et à consulter les informations que je laisse régulièrement.

De votre côté, vous pouvez m’adresser un message – contact@carcinose.com – je répondrai !

Sortons de l’isolement et parlons en !

Pascale (62 ans)

___________________________________________________________

Comment se caractérise une carcinose ?

La carcinose ou cancer du péritoine se définit par la présence de nodules tumoraux sur le péritoine, bien souvent secondaires à un autre cancer d’ordre digestif ou ovarien.

Ces nodules peuvent être comparés à de petites verrues. Pour tenter de soigner le cancer du péritoine ou carcinose, il s’agit de bien gratter le péritoine, puis de bruler les tissus (Programme CHIP).

cancer du peritoine ou carcinose

Le Péritoine ?

Qu’est-ce que c’est ?

Le péritoine est la fine membrane brillante qui couvre tous les organes de l’abdomen (ventre). La cavité péritonéale est l’image d’un emballage d’objets dans une boîte de rangement. La boîte est la cavité de l’abdomen. Les objets sont tous les organes contenus dans le ventre : estomac, intestin, côlon, foie, rate, utérus. Le péritoine, c’est le papier de soie qui emballe le Tout ; ce papier de soie est continu, comme s’il s’agissait d’une seule feuille de papier qui aurait servi à tout emballer. Sa surface est supérieure à celle de la totalité de la peau. La cavité péritonéale est l’espace situé dans la boîte entre les divers objets. En bref, la carcinose péritonéale ou cancer du péritoine est un cancer qui affecte les surfaces de l’intestin, c’est-à-dire l’enveloppe. Elle provient souvent de cancers digestifs (colon, appendice, pancréas et estomac) et ovariens mais elle peut aussi provenir d’autres organes.

15% des cancers colorectaux dégénèrent en carcinose péritonéale, d’où l’importance du dépistage.

Personnellement, je réagis aux marqueurs CA19-9 (antigène dans le sang libéré par les cellules cancéreuses). Grâce à l’analyse sanguine effectuée périodiquement (dans mon cas 2 fois par an), les marqueurs au plancher indiquent l’absence de récidive.

Cependant, chaque personne réagit différemment. Ce qui est vrai pour l’une n’est pas forcément valable pour l’autre. En d’autres termes, l’absence d’un dosage élevé des marqueurs nécessite d’autres examens en cas de suspicion. La prévention est essentielle.